Bhutan-monestary-940x580

Depuis 1972, ce pays utilise le Bonheur National Brut pour mesurer le succès du pays, au lieu du Produit Intérieur Brut. Les quatre piliers du BNB sont :
– une gouvernance responsable
– le développement durable de l’économie
– la préservation de la culture
– le respect de l’environnement

Le BNB du Bhoutan ne doit pas être confondu avec un indice du même nom mais avec des bases différentes, qui a été introduit par le président de l’International Institute of Management en 2006.

En ce qui concerne la gouvernance, on peut noter que le pays était en monarchie absolue jusqu’en 2008, avant de passer à une monarchie constitutionnelle. Le roi a décidé de lui-même d’aller vers la démocratie, sans passer par une révolution armée. On peut facilement critiquer un gouvernement en monarchie absolue, mais force est de constater que ce roi-là était bien plus responsable que la majorité des gouvernants. Ce n’est pas souvent qu’on voit un “dictateur” qui écourte volontairement son temps de pouvoir.

Quant au développement durable, le Bhoutan mise sur l’exportation d’électricité verte, principalement d’origine hydraulique et sur les nouvelles technologies, avec par exemple l’ouverture récente du Thimphu TechPark. Cependant, l’agriculture garde une place prépondérante dans l’économie du pays. Et là encore c’est plutôt un exemple à suivre, le gouvernement ayant annoncé en 2013 que le Bhoutan serait le premier pays à disposer d’une agriculture 100% biologique.

La préservation de la culture est l’aspect le plus discutable de ce BNB, car il a été appliqué de façon extrême au début des années 1990 : plus de 100 000 citoyens d’une minorité ethnique ont en effet été exilés pour préserver la culture dominante. Soutenir la culture reste une bonne chose, mais comme d’habitude une interprétation extrême peut créer beaucoup de souffrance.

Enfin, le respect de l’environnement est lié à la politique économique, mais cela va bien au-delà. Par exemple le Bhoutan a interdit la distribution de sacs en plastique dans les magasins en 1999, bien avant que cette mesure ne devienne à la mode dans les démocraties occidentales. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la conscience écologique est déjà développée au Bhoutan.

Tout ceci est fortement lié au Bouddhisme, qui est la religion d’état, et la religion majoritaire dans le pays. Bien sûr, le pays doit faire face à divers défis, comme le chômage des jeunes et la corruption, mais il n’en reste pas moins exemplaire sur de nombreux plans.

Source – en anglais

Page Wikipedia, en anglais (plus complet)