Accueil Forums Vos infos optimistes Agroécologie Agroforesterie – comment ca marche ?

  • Auteur
    Messages
  • #1226

    L’agroforesterie est l’intégration des arbres et des arbustes aux cultures et aux systèmes d’élevages. Ce concept a un fort potentiel pour résoudre les problèmes d’insécurité alimentaire dans les pays en voie de développement. Bien exécuté, l’agroforesterie permet aux producteurs de tirer le meilleur parti de leurs terres, augmentant les rendements des cultures, mais également la résilience au changement climatique.

    Le mois dernier, la FAO (Food and Agriculture Organization) a publié un guide présentant les études de cas les plus parlantes.

    Douglas McGuire, chef d’équipe de l’équipe de gestion des ressources forestières de la FAO, explique qu’au cours des dernières années, il y a eu un intérêt croissant pour l’agroforesterie. Elle devient une composante importante dans l’utilisation durable des terres et ses avantages sont de mieux en mieux compris.

    Cette nouvelle compréhension est venue en grande partie de la FAO et du Centre mondial d’agroforesterie (ICRAF). Ces deux organisations ont constitué un corpus de recherches sur des questions telles que, quelles variétés d’arbres pourraient se révérées efficaces à améliorer la qualité du sol ? Quelle culture serait la plus adaptée à ce type de sol ? Comment aider les petits exploitants à accroitre leur rendement ?

    Certains arbres ont en effet la capacité de reconstituer le sol en l’enrichissant d’éléments nutritifs. Les résultats d’une étude de 12 ans, menée par l’ICRAF et publiée en Septembre 2012, a montré comment la plantation d’une variété d’arbre particulier,la Gliricidia (comme ‘arbre engrais’ planté à côté du maïs) a amélioré la stabilité des récoltes en Afrique sub-saharienne.

    L’étude, basée sur les systèmes agricoles au Malawi et en Zambie, a prouvé que la Gliricidia est particulièrement efficace pour fixer l’azote dans le sol; ceci permet de réduire les doses d’engrais industrielles. Les feuilles tombées des arbres reconstituent aussi le sol, augmentant ainsi sa stabilité et sa capacité à stocker l’eau.

    Agroforestry has the potential to significantly improve food security in developing countries. Photograph: David J Slater/Getty Images
    Photo par David J Slater/Getty Images

    Un autre arbre, le Faidherbia (variété d’acacia), s’est également révéré utile aux systèmes agroforestiers. Pendant la saison des pluies, Faidherbia perd ses feuilles riches en azote et vient alors nourrir les cultures. Pendant la saison sèche, sa croissance reprend. Cela signifie qu’il fertilise les cultures, mais aussi qu’il ne rivalise pas avec elles pour la lumière, les nutriments ou l’eau. Plusieurs études ont montré que le Faidherbia permet d’accroître les rendements des champs de maïs de 400% dans une région du Malawi.

    Une autre façon d’encourager les fermiers à planter des arbres seraient de les récompenser pour les services écosystémiques qu’ils fournissent.

    Le Costa Rica offre un bon exemple de cette stratégie d’agroforesterie. Grâce à Fonafifo, fonds national de financement forestier – qui comprend aussi une composante spécifique de l’agroforesterie, 10 000 contrats ont été signés avec les petits exploitants au cours des huit dernières années, ayant ainsi permis de planter 3,5 millions d’arbres dans les exploitations. Une étude de 2010 a révélé que 78% des participants d’agriculteurs ont rapporté une augmentation de leur revenu à la suite de leur participation.

    Source
    Source de l’image

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 an et 2 mois par Alex.G Alex.G.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.