_83307904_m1320644-lung_cancer_cell_division,_sem-splLes éléphants ont naturellement un taux de cancer très bas, malgré leur grande taille et leur longue durée de vie.

Une équipe regroupant des chercheurs de plusieurs universités américaines a étudié les mécanismes de protection du génome présent chez les éléphants. Ils ont publié leurs travaux il y a quelques jours dans la revue scientifique “Journal of the American Medical Association”.

Il apparaît ainsi que les éléphants disposent effectivement d’un mécanisme de protection qui conduit à un faible taux de cancer. En outre, ils ont de nombreuses copies du gène TP53, alors que les humains n’en possèdent qu’une. Or ce gène est justement l’un de ceux qui subissent le plus de mutations lors des cas de cancers.

Source