hyperloop

Plus de 1000 étudiants ingénieurs de 20 pays différents se sont rassemblés à l’Université du Texas A & M en février. Cette réunion était un peu spéciale, elle portait sur un projet révolutionnaire, l’Hyperloop (littéralement “Hyper Boucle”). Ce projet a commencé comme un petit passe-temps temporaire du multimilliardaire Elon Musk, alors qu’il faisait une pause entre ses différents projets pour sauver l’humanité (oui, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il aime rêver en grand). Il était très déçu de l’annonce de la future ligne de TGV de la côte ouest des Etats-Unis, comme il l’explique dans l’article fondateur d’hyperloop :

Quand le projet de TGV de Californie a été approuvé, j’étais assez déçu, et je sais que je n’étais pas le seul. Comment était-ce possible que le pays de la Silicon Valley et de JPL*, qui font des choses incroyables comme répertorier toute la connaissance du monde et mettre des robots sur Mars, ne ferait que construire un TGV qui serait à la fois l’un des plus chers et l’un des plus lents au monde ?

Alors il a pris quelques jours de pause et s’est entouré d’une dizaine d’ingénieurs pour mettre au point la version alpha d’un projet de transport. Ce sont des nacelles sur coussin d’air dans des tubes en vide partiel. Juste ce qu’il faut d’air pour faire flotter les nacelles, mais pas trop pour réduire les frottements avec les molécules d’air. Cela permet d’atteindre théoriquement les 1200 km/h en toute sécurité. La propulsion est entièrement électrique, et des panneaux solaires sur le toit du tube sont suffisants. Le coût total prévu est 10 fois inférieur à celui de la ligne de TGV.

Comme il est déjà assez occupé avec ses projets principaux, Elon Musk a tout mis en source ouverte et trois entreprises concurrentes se sont créées pour construire différentes lignes. En outre, le milliardaire organise un concours de design de nacelles via son entreprise SpaceX. C’est donc pour présenter leurs nacelles que les étudiants se sont rassemblés en février. Une ligne de test est en construction par SpaceX et les nacelles gagnantes du concours seront essayées cet été.

Mais ce ne sera pas la première démonstration, car la société Hyperloop One, qui a déjà réuni plus de 110 millions de dollars de capital, a fait son premier test il y a quelques jours comme vous pouvez le voir ici :

premier test d’hyperloop One :

Cela dit, le concours de SpaceX présentera le vrai concept complet, dans un tube, contrairement à Hyperloop One.

Sources en anglais
positivnews – concours spaceX
site de spaceX
plus de détail
Test Hyperloop One

*. Note du traducteur JPL : Jet Propulsion Lab, de la NASA

Paris-Marseille en 40 min et 20 € ? Hyperloop révolutionne les transports
5 (100%) 3 votes