La maladie d’Alzheimer est provoquée par de multiples lésions dans le cerveau, soit des dégénérescences neurofibrillaires et des plaques amyloïdes. Cette maladie, déjà très répandue à l’heure actuelle, affectera environ 65 millions de personnes d’ici 2030.

L’an dernier, des chercheurs australiens ont utilisé une échographie de type non-invasive pour aider à éliminer les signes typiques de l’apparition de la maladie d’Alzheimer. Ce fut une grande avancée, puisque cette équipe a réussi à inverser les processus couramment associés à l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

Cette fois, les chercheurs de l’Université de Glasgow, en collaboration avec l’Université de Hong Kong de la science et de la technologie, ont découvert qu’une injection d’une protéine appelée IL-33 peut inverser les symptômes de type Alzheimer et le déclin cognitif chez les souris.

La protéine est en fait produite par le corps lui-même dans le cadre de sa défense immunitaire contre une infection grave et les maladies affectant le cerveau et la moelle épinière. Après l’injection, une amélioration des fonctions cognitives et de la mémoire des souris utilisées fut immédiatement observable ; elles étaient de nouveau semblables à celles d’une souris normale et ce, seulement une semaine avoir reçu l’injection.

Notons que, bien que cela soit très prometteur, ces essais n’ont pas encore été effectués sur des humains.

Source

Une protéine fait avancer les recherches pour contrer la maladie d’Alzheimer
5 (100%) 1 vote